{ Billetterie en ligne }
{ Des places à gagner ! }
Programmation
Ouverture à 16h, concert « Stars des années 80 » à 20h.
Alain Llorca
Suivez cet artiste sur :

Alain Llorca, fan des Beatles, a débuté la musique à l'âge de 13 ans. Autodidacte, il a appris à jouer de la guitare avec une bande de copains de lycée. A 18 ans il intègre l'orchestre semi professionnel d'Intégral Orchestra et participe à la création du groupe Pathus Cremat dans lequel il est bassiste et chanteur.

En 1983, il rejoint le groupe phare des années 80 : Gold. L'année suivante, il enregistre avec le groupe une maquette intitulée « Plus près des étoiles », sorti en 185, le 45 tours sera un énorme succès. Suivront plusieurs tubes, notamment « Capitaine abandonné », « Ville de lumière », « Laissez-nous chanter », « Calicoba », « Rio de janvier », ... Au total, le groupe aura vendu plus de 7 millions de disques à travers le monde.

Nouveaux horizons, Alain projette de réaliser un nouvel album. Le 1er extrait voit le jour : « Moissonne mes mots ». Ce titre est disponible dès maintenant sur toutes les plateformes de téléchargement.

Ayant toujours un plaisir immense à partager sa musique avec son public, il se produit sur scène où il chante tous les tubes de Gold dans leur versions originales, ce sont ses « Années Gold ».

François Feldman
Suivez cet artiste sur :

Le jeune François Feldman passe son adolescence au son de la musique soul, Marvin Gaye, Stevie Wonder et James Brown notamment. Sa première guitare lui est offerte par son père à quatorze ans. Dans les radio-crochets, il obtient plusieurs fois le premier prix. Il crée son premier groupe amateur à 14 ans et se produit dans quelques clubs. En 1980, François Feldman fait la connaissance d'Ernest Salfati auteur-compositeur avec qui il décide de faire prendre à sa musique une tangente inspirée de la musique disco funk américaine.

Ce n’est qu’à l'automne 1986 que le chanteur sort véritablement de l'ombre avec la parution de son single « Rien que pour toi », qui lui permet d’atteindre enfin la notoriété avec plus de 300 000 exemplaires vendus. En 1987, il publie son premier album Vivre vivre », et, bien que le 45 tours Demain c’est toi » manque le Top 50, il enchaîne ensuite plusieurs succès avec les autres singles extraits : « Slave », « Je te retrouverai » et « Le mal de toi ». « Vivre vivre » reçoit un disque de platine, l'artiste a alors trente ans. Le succès se confirme en 1989 avec le deuxième album « Une présence », qui contient plusieurs tubes : « Joue pas » en duo avec Joniece Jamison, « Les Valses de Vienne », « C’est toi qui m’as fait », « Petit Frank » et « J’ai peur », également en duo avec Joniece Jamison. Une présence » devient disque de diamant, dépassant le million d’exemplaires vendus. Son troisième album Magic’ Boul’vard » paraît en 1991 et représente le dernier grand succès de François Feldman. Il contient plusieurs hits : « Le serpent qui danse » en hommage à Baudelaire et Gainsbourg, « Magic’ Boul’vard », « Tombé d'amour » et surtout « Joy » dédié à sa fille. Feldman devient alors le premier chanteur à avoir occupé la 1re place du Top 50 avec trois singles.

En 2007 et 2010, il participe à la tournée « RFM Party 80 », un spectacle musical qui rassemble des chanteurs ayant été en tête du Top 50 dans les années 1980. Le film « Stars 80 », produit par Thomas Langmann et sorti le 24 octobre 2012, raconte de manière humoristique l’aventure de cette tournée à succès qui a réuni plus d’un million de spectateurs. François Feldman y joue son propre rôle.

Jean-Luc Lahaye
Suivez cet artiste sur :

Jean-Luc Lahaye commence ses spectacles lorsqu'il est embauché comme barman dans un restaurant, dont le patron, Gérard Pedron, deviendra son producteur. La chanteuse Dalida, qui fréquentait l'établissement, sera sa marraine de spectacle. C'est en 1979 qu'il sort son premier 45 tours « Maîtresse, maîtresse », puis en 1980 un second « Allez viens », et un troisième « C'est quand l'entr'acte ». Il se produit pour la première fois sur scène au théâtre de la Potinière en 1981.

Il obtient son premier succès en 1982 avec « Femme que j'aime ». Son premier album « Appelle-moi Brando » sort en 1983. Il se produit alors en première partie des spectacles de Linda de Suza et de Michel Leeb à l'Olympia en 1983 et 1984. Il connait à nouveau le succès avec « Décibelle », « Appelle-moi Brando » et en 1984, il sort un second album « Peur », avec de nouveaux titres comme « Pleure pas », « Plus jamais » et surtout « Papa chanteur », dédié à sa fille Margaux. Avec ce titre, il reste 28 semaines au Top 50 (1 200 000 exemplaires écoulés).

En 1985, il publie un livre autobiographique, « Cent familles ». L'année suivante, il est tête d'affiche à l'Olympia avec les chansons de son troisième album « Flagrant délit tendresse » (incluant « Il faudrait que tu reviennes », « Lettre à la vieille » et « Djemila des lilas »). En 1987, il donne plusieurs concerts à guichets fermés au Palais des sports de Paris, où un album "live" est enregistré.

En 2009 et 2012, il fait partie des têtes d'affiches du spectacle « RFM Party 80 ». Il figure également dans le film « Stars 80 », sorti le 24 octobre 2012, dans lequel il joue son propre rôle.

Lio
 

Wanda Maria Ribeiro Furtado Tavares de Vasconcelos alias Lio est née le 17 juin 1962 à Mangualde au Portugal. En 1968, Lio et sa famille émigrent en Belgique où naitra sa soeur Helena Noguerra un an plus tard.

C’est en en 1980 que Wanda décide de se faire appeler Lio. Elle a choisi ce pseudonyme à cause d’un personnage de la bande dessinée Barbarella. Le personnage en question est une petite fille qui emmène partout ses images à elle, indispensables à sa survie.

 Avec son premier titre, « Banana Split », enregistré en 1979, Lio devient une star instantanément. Elle en vend 2 millions d’exemplaires. 
Tout au long des années 80, le succès ne se dément pas malgré quelques polémiques mais les années 90 vont être plus difficiles en dépit de collaborations avec Etienne Daho et Serge Gainsbourg. 


Les années 2000 marquent le retour de Lio sur le devant de la scène avec notamment le carton de « Mariages ! » au cinéma, la tournée triomphale « RFM Party 80 » et surtout, son arrivée dans le jury de « La Nouvelle Star ».

Pourquoi on l’aime ? Parce qu’elle a une grande gueule et qu’elle se fiche complètement de ce qu’on peut bien penser d’elle. 
Parce que malgré un passage à vide dans les années 90, elle n’a pas baissé les bras et a su revenir sur le devant de la scène. 
Pour son côté icônes des 80’s.

Ses plus grands succès sont « Banana Split » et « Les brunes comptent pas pour des prunes » en musique
, « La Nouvelle Star » en télévision, 
« Itinéraire d’un enfant gâté » (aux côtés de Jean-Paul Belmondo) et « Mariages ! » au cinéma.

Elle est une habituée des polémiques et des scandales. 
En 1987, elle se produit enceinte à l’Olympia. Ses chansons, à priori innocentes voire enfantines comme Banana Split, on en fait un fort sous-entendu sexuel.


Soeur d’Helena Noguerra, elle a également révélé Etienne Daho et lui a offert ses chœurs pour la chanson « Week-end à Rome ».

Patrick Juvet
 

Il entre au conservatoire de Lausanne dès l’âge de 6 ans, dans la classe de piano. Il poursuit ses études aux arts déco jusqu’à 17 ans, mais il est avant tout un grand mélodiste et un grand musicien !

En 1971, Patrick est découvert par une attachée de presse : Florence Aboulker, qui le présente à Eddy Barclay. Son 1er succès « La musica » est vendu à un million de 45 tours, en mai 1972.

En 1973, il représente la Suisse au Concours de l’Eurovision, avec « Je vais me marier » : 13e place… non méritée, dira t’il plus tard. En effet, le 05 novembre de cette même année, Patrick nous présente lors d’un Musicorama à L’Olympia, un show avant gardiste (inspiré par son album Crysalide, co-signé avec Daniel Balavoine) et maquillé à la Bowie (son modèle dit-il). Ce soir-là Patrick est consacré Super Star ! Et ce n’est qu’un début !!!

En 1975, il rencontre Jean-Michel Jarre. De cette collaboration, naîtra entre autres en 1977 « Faut pas rêver » et « Où sont les femmes ? ». Dès lors, le musicien l’emporte sur le chanteur ! En cette même période, Patrick s’installe à Los Angelès. Là-bas, ce sont les rencontres avec Henri Belolo et Jacques Morali. Une conversation au « Studio 54 » entraîne une collaboration entre ces 3 hommes : Naissance dès de : « I love America » (Co-signé par Juvet, Morali et Victor Willis leader des « Village People »), placé N° 1 aux States et disque d’or dans 13 pays !

Patrick est le compositeur du « Lundi au soleil », interprété par Claude François. Avec son ambition démesurée, il nous paraît à cette période le plus représentatif des ambassadeurs de notre musique. Après l’essoufflement du disco, Patrick revient en 1981 nous présenter son 10ème album « Rêves immoraux » (collaboration avec Dabadie).

De 1981 à 1990, il nous ramène quelques 45 tours tels que « Je tombe amoureux » « L’amour avec les yeux » « L’amour n'est pas pressé » etc. En 1991 : c’est le retour avec l'album « Solitudes ».

De 1998 et 2002 : sortie de deux singles « Restez cool » et « Ça c'est Paris ! », puis du « Best of disco » et d’une double compilation « Inoubliable » et « Intime ».

En 2003, Patrick compose un titre « Je rêve » pour l’album d’Hélène Segara, et en 2008, il participe à la tournée « Age tendre, la tournée des idoles ».

Phil Barney
Suivez cet artiste sur :

Une chanson écrite en 10 minutes chrono, un ovni dans le courant musical de l'époque ! L'alchimie d'un tube, ce truc magique qui vous rentre dans l'oreille et ne vous quitte plus : le rêve de tout artiste. « Un enfant de toi », c'est 650 000 exemplaires vendus en 1987, et 700 000 de la même chanson en 2002. Autant dire qu'une réussite pareille, ça vous colle à la peau.

Phil Barney, c'est le paradoxe d'un musicien surdoué, fou de black music américaine, fan de James Brown, George Clinton, Stanley Clarke ou Chaka Khan, mais révélé par un tube de variété française.

Finalement qui sait aujourd'hui que l'auteur-compositeur-intérprète est l'homme qui a introduit le rap en France, au travers de ses programmations sur la radio libre « Carbone 14 » ? Et qui sait que le “latin lover” d'« Avec qui tu vis », « Tour d'ivoire » ou « Tellement je pense à toi » est le seul chanteur français à avoir enregistrer un album avec Marvin Gaye ?

Un groove naturel et rare dans la voix, des mots d'amour chantés sur des mélodies accrocheuses, une rythmique souvent funk oldschool, des accents souls et jazz... si demain on vous dit que Phil Barney est un “soul man”, croyez-le !

Plastic Bertrand
Suivez cet artiste sur :

Né à Bruxelles le 24 février 1954 d’un père français et d’une mère ukrainienne. Alors qu’il a à peine neuf ans, en tant que chanteur et batteur, il monte son premier groupe chez les scouts, le « Bison Scout Band », qui exécute des covers des Rolling Stones. Il forme ensuite « Les Pélicans », qui se produisent avec succès dans les “boums”. Plus tard, « Les Pélicans » troquent leur nom pour « Passing the Time » et écument tous les clubs, bars et festivals des côtes belge et hollandaise, où il est engagé par Radio Véronica, la radio pirate légendaire. Parallèlement, il poursuit sa formation à l’Académie de Musique : solfège et percussion,et passe son Bac à l’Athénée Adolphe Max. En attendant son admission au Conservatoire Royal de Musique à Bruxelles, il étudie un an à l’Institut Saint-Luc, en section design.

En 1973, il entre enfin au Conservatoire, en percussion, solfège et histoire de la musique. Secoué par le mouvement punk, il monte le groupe « Hubble Bubble », et partage son temps entre le Conservatoire, les répétitions et les concerts du groupe, et le théâtre des Galeries, où il est régisseur.

En 1975, l’album éponyme « Hubble Bubble », particulièrement trash, sort enfin. Plastic y figure comme auteur-compositeur, chanteur et batteur, sous le nom de Roger Junior.

En 1977, il entame sa carrière solo, premier 45 tours : « Ca plane pour moi ». Il tourne, avec ses musiciens pour des concerts au Canada, Japon, Australie, Grande-Bretagne, Scandinavie... toute l’Europe et les Etats-Unis où il est un des très rares artistes francophones à figurer dans les Charts du Billboard (la bible du showbiz américain).

Entre 1982 et 1985, il enregistre avec Frida, la chanteuse brune du groupe Abba, et Daniel Balavoine, un conte musical pour enfants : « Abbacadabra ». Côté cinéma, début 80, il apparaît aux côtés de Claude Brasseur et de Thierry Lhermite, dans un film de Serge Leroy : « Légitime violence ». Plus tard, ce sera un court métrage de Thierry Dory : « Baoum ». Il collabore avec Vladimir Cosma à l’écriture de plusieurs musiques de films, dont « Astérix et la surprise de César ».

A part un album très personnel enregistré en 1994 pour Sony, « Suite diagonale », avec notamment la participation de Jacques Lanzmann, il décide d’explorer d’autres facettes du monde de la musique et se consacre davantage à l’écriture et à la production. Dans le cadre de la société « MMD » qu’il a fondé avec Pierrette Broodthaers, il produira deux albums de David Janssen, un album de musique classique contemporaine turque pour clavecin et orgue, avec Leila Pinar, un album de world music avec le choeur Kazansky qui interprète de la musique ancienne des Balkans, et, dans un tout autre genre, il produit un single pour l’ « Entarteur » Noël Godin : « Chantilly, c’est parti ».

En 2002, il signe un nouveau contrat discographique et entre en studio pour enregistrer son huitième album « Ultra Terrestre », sorti en novembre 2002 en Belgique.

En mars 2003, il monte un grand concert-évènement au Cirque Royal à Bruxelles, l’occasion de fêter ses 25 ans de succès. Accompagné d’un ensemble philharmonique, Plastic Bertrand y interprète ses nouveaux titres et ses grands tubes dont certains surprennent le public par de nouveaux arrangements, d’autres sont chantés en duo avec des invités surprise, comme Hula-Hoop, chanté a cappella avec The Platters. En octobre, il tourne dans le film de Maurice Barthélémy « Casablanca driver ».

En 2007, il enregistre son 9e nouvel album « Dandy Bandit » avec Xavier à Bruxelles, aux Studios Molière, là même où il enregistra ces premiers albums.

2009 démarre par le tournage d’un film pour Arte « On a kidnappé Plastic Bertrand » de Chad Chenouga avec Bruno Solo et Carole Richert. En octobre, il enregistre un titre en duo avec Alec Mansion « 4 Love » pour l’album de Léopold Nord, « Léopold Nord et Eux ».

Ses chansons sont reprises par les plus grands groupes américains comme Sonic Youth, The Presidents of United States, Leyla Kaye ( Prince) ou les Red Hot Chili Peppers, mais aussi comme bande originale de film : Le loup de Wallstreet (Leonardo di Caprio / Martin Scorsese), Three Kings (George Clooney), Me Myself and I, Jackass The Movie, ... Sa carrière internationale est couronnée dans le monde entier : 16 disques d’or, 5 disques de platine, Billboard Award (US), Grand Prix de l’Académie Française (France), Prix Sabam (Belgique), Rolls Royce Cup (Italie), Grand Prix du Midem(International),Who’s Who of the Year (International). Coca-Cola Asie et Pepsi Amérique ont choisi « Ca plane pour moi » pour leurs campagnes de publicité sur leurs territoires. Plastic Bertrand à été fait Chevalier de l’Ordre de la Couronne par le Roi Albert II de Belgique. A ce jour, Plastic Bertrand a vendu plus de 20 millions de disques dans le monde entier !

Sloane
Suivez cet artiste sur :

La musique c'est sa vie, la scène aussi et surtout son public. Elle le comprend dès l'âge de huit ans lorsque, dans le cadre d'une fête on la juge sur une estrade pour chanter en solo en compagnie de jeunes filles plus âgées qu'elle. Elle découvre ce jour là, l'extraordinaire rapport qui va la lier au public pour toute sa vie, relation faite d'échange et d'amour. Elle a eu une enfance entre l’école et le music hall, car sa famille était dans le spectacle. Elle a écrit sa première musique dès l’âge de 13 ans. Elle a été 17 ans marionnettiste et faisais les rôles de sorçière, prince charmant, animaux de tout genre, en changeant sa voix au fur et à mesure, d’où son don pour la comédie qui est ressortie dans le film « Stars 80 » en 2012.

Sloane a fait la musique de « Besoin de rien, envie de toi », ainsi qu’un tube pour le chanteur Carlos , « la leçon du square dance » pour un album d’enfants en 1980, également un titre pour C. Jérome , et a fait la chanson « Dance autour de la terre » du groupe « Les mini-stars » groupe qu’elle à montée elle-même, faisant partie à l’époque du groupe « La bande à Basile » avec le rôle de la poupée. Propulsée par cette énergie, elle continue une carrière en solo en même temps que le duo et n'arrêtera jamais les galas.

Elle fera même un album en 1992 de world music avec Patrice Guirao. Un album sur la polynésie qui est sorti aux Etats Unis et vendu à plus de 100 000 exemplaires, avec 2 clips magnifiques qui sont passés sur plus de 700 chaînes de télévisions.

En 1990, elle était aux côté de Jacques Legros sur le Raide Sécurité de TF1, dont l'enjeu était de faire baisser le taux de mortalité sur les routes de France et a même réalisé un titre pour cet évènement « Casse pas ta vie » au bénéfice des accidentés de la circulation avec plus de trente vedettes de la chanson, du sport et du cinéma.

Elle écrit en 2007, une comédie musicale « La légende de Gaëtane », sur les Bâttisseurs des Abbayes et des Cathédrales en l’an 1100 et 1200. Elle réalise et produit même un clip avec une centaine de figurants, du titre principal.

Sloane sort pour la 1ére fois en France un Album inspiré de ses nombreux voyages et expériences, et tenait vous faire partagé une palette aussi varier qu’insolite en passant par les année 80, la world music, le moyenne âge et ça music celtique, mais également la musique classique à travers l’opéra transsanoter par un orchestre philharmonique.

Zouk Machine
Suivez cet artiste sur :

Zouk Machine qui nous a fait danser sur des rythmes entrainant depuis 1986. C'est vite devenu le groupe féminin de Zouk le plus populaire des années 80. Christiane Obydol, Joëlle Ursull et Dominique Zorobabel sont au début les trois choristes du groupe « Expérience 7 ». Les deux membres du groupe Guy Houllier et Yves Honoré créent en 1986 le groupe Zouk machine avec les trois filles. Très vite après la sortie de leur premier album « Sové Lanmou », composé par Guy Houllier et Yves Honoré, le groupe connaît un succès énorme.

En 1989, Jane Fostin entre dans le groupe à la place de Joëlle Ursull. Un second album sort, « Maldon » (La musique dans la peau). Le titre est premier au top 50 pendant neuf semaines et le plus vendu. Il devient disque de platine. Henri Debs, Déclic et BMG sortent une compilation de deux albums, celle-ci devient également disque de platine et elle se vend à plus de 600 000 exemplaires. Zouk machine donne un concert au zénith et écume les plateaux d'émission de télévision française. Elles font des tournées à travers le monde entier. En 1991, elles sortent l'album « Kreol », il devient disque d'or et il est classé neuvième des meilleures ventes. En 1994, elles sortent leur dernier album « Clin d'oeil ». Elles participent à l'album « Passer ma route » de Maxime Le Forestier et à celui de Julien Clerc : « Utile ». Elles font également la bande originale « d'Astérix et les Indiens ».

Le trio devient un duo ! En 1995, Jane Fostin quitte définitivement le groupe pour une carrière solo. Christiane Obydol et Dominique Zorobabel décident de continuer à deux et sortent en 1999 un nouvel album « Sept nuits blanches ». En 2000, BMG sort une dernière compilation qui regroupe toutes les meilleures chansons du groupe « Les essentiels ».

En 2015, Christiane Obydol continue à porter les couleurs et le nom ZOUK MACHINE ! Un coffret « Anthlogie » bientôt dans les bacs, un nouvel album et de nombreux featuring qui vont surprendre et nous faire danser sur des rythmes endiablés.